Gaec le vieux moulin

Carte d'identité de la ferme

année de création 1996
surface  160 ha
productions céréales, boeuf, pomme de terre
Nombre de poules 3 000

agriculteur/trice

 Philippe Henry

Isabelle Aussoleil

agriculture biologique

100%

Lieu

54830 VALLOIS (Meurthe et Moselle)

 Comme tous les autres membres du groupement, Isabelle a accepté de se prêter à une petite interview, en voici la transcription:

 

 

Bonjour

Bonjour

 

Pouvez-vous vous présenter en quelques mots?

 

 

Comment en êtes-vous arrivé à être agriculteur(trice)?

J'ai fait des études agricoles pour pouvoir travailler dans la nature. A la fin de mon parcours, j'ai postulé au cdja (comité départemental jeunes agriculteurs) 54. Vivier de jeunes agriculteurs. Je me suis installée avec mon mari.

 

Pourquoi ce métier?

La suite a été moins idyllique. Christophe a souhaité arrêté d'exploiter. Il ne se retrouvait plus dans le type de ferme que nous avions.

Je me suis associée avec Philippe Henry en 2010. Conversion en bio de mon exploitation, puis arrêt du lait et de la fromagerie.  

 

Comment s'appelle votre ferme?

GAEC le vieux moulin

 

Comment avez-vous choisi ce nom?

Vallois est un des premiers villages de 54 a avoir eu l'électricité grâce à un moulin sur une dérivation du cours d'eau de la Mortagne.

 

Depuis quand existe votre EARL?

Je crois que ça fait au moins 4 générations

 

Quels sont vos productions?

Céréales, élevage de boeufs, pomme de terre.

 

Pourquoi avez-vous fait ces choix de production?

Le lunevillois est une terre d'élevages. Les boeufs valorisent les prairies le long de la Mortagne. Ils apportent du fumier pour les céréales et consomment les prairies temporaires en tête d'assolement des céréales.

Les céréales sont faites sur les meilleurs terres, demandent peu de temps de travail et sont rémunératrices.

Pour les pommes de terre, Philippe a eu l'opportunité d'avoir du matériel d'occasion pour les produire par son beau frère. Il a fait un essai qui a été concluant.

 

Vos cultures sont-elles en BIO?

Oui, depuis l'installation de philippe en 1996

 

Comment les commercialisez-vous?

Les boeufs et les céréales dans la filière longue en coopérative. Les pommes de terre en vente directe et amap.

 

Combien d'héctares comlpte votre exploitation?

160 ha

 

Comment sont-ils répartis entre les différentes productions?

80 ha de céréales, 80 ha d'herbes et 1,5ha de pommes de terre sur la céréales.

 

Pouvez-vous nous faire un bref historique des dates marquantes de votre EARL?

 

1996 reprise de l'exploitation de ses parents par Philippe

2010 arrivée d'Isabelle avec 60ha.

 

Depuis quand êtes vous en Bio et qu'est-ce qui a motivé ce choix?

1996, l'exploitation de Philippe était en bio et l'association passait par une reconversion de mes terres.

 

Depuis quand vous êtes-vous lancé dans l'élevage de poules pondeuses et pourquoi?

A partir de demain...

Biocoop souhaite relocaliser ses approvisionnements en oeufs dans l'Est en partenariat avec son partenaire historique Probiolor. Deux entreprises solides qui donnent envie de  s'investir.

C'est une nouvelle production qui vient diversifier celles déjà présentes sur l'exploitation. Cela permet de diluer les risques, entre autres, climatiques.

Les gens diminuent leur quantité de viande dans leur alimentation et la remplace entre autre par les oeufs.

 

Combien de poules pondeuses avez-vous?

3 000 poules pondeuses.

C'est le seuil de rentabilité pour pouvoir automatiser le bâtiment et pouvoir gagner en temps de travail.

 

Cela fait beaucoup pour un élevage familial, non?

 

 

Combien de temps restent-elles dans votre exploitation?

Nous prévoyons de les garder un an en production.

 

Que deviennent-elles après?

Elles partent à l'abattoir.

 

Quels sont vos plus dans votre élevage?

 

Un terrain arboré, un bâtiment neuf et une éleveuse attentive.

 

Et le bien-être animal?

 

Le respect du bien être animal passe par:

-une alimentation équilibrée et de bonne qualité. C'est Probiolor, notre coppérative 100% bio qui fournit un aliment de qualité.

-Une eau de qualité et en quantité qui provient du forage.

-Une surveillance de l'éleveuse.

-De la place pour circuler dans le bâtiment avec un accès facile pour chaque poule à l'eau et à l'alimlent.

-Un parcours où les poules peuvent sortirent et exprimer leurs "besoin physiologiques", c'est à dire courir, picorer et se percher.

 

Pourquoi avoir créer le groupement?

 

C'est l'opportunité de reprendre notre pouvoir de décision. (A qui on vend, quand, comment, a quel prix...) 

C'est également choisir l'orientation que l'on souhaite donner à l'agriculture bio.

 

Quel est votre place au sein du groupement?

Je participe au développement de ceui-ci

 

Des perspectives pour l'avenir?

 

Voulez-vous ajouter autre chose?

 

 

Merci